Enfant en colère.

La colère chez l’enfant est un sentiment qui participe activement à la formation de son comportement en tant qu’humain. Elle s’inscrit dans la phylogénétique, c’est-à-dire l’évolution humaine, et conditionne notre survie en produisant [1]

  • Un signal interne qui permet de surmonter une situation aversive, 
  • Un signal externe de différenciation et de conflit. 

Dit plus simplement, la colère permet de favoriser la self-défense, mais aussi de surmonter les obstacles. 

Ce sentiment parfaitement normal se développe durant les 2 premières années de la vie de l’enfant. Elle apparaît déjà à l’âge de 4 mois [2]

Par conséquent, avoir un enfant colérique, ou être soi-même colérique, n’est que très rarement un signe de psychopathologie ou de narcissisme. 

Quand faut-il s’inquiéter des crises de colère d’un enfant ? 

Dans sa petite enfance, un enfant n’est pas encore capable de réguler ses émotions. Les accès de colère atteignent donc un pic naturel, qui décroît au fur et à mesure de sa socialisation. 

Là encore, la meilleure maîtrise de la colère n’est pas égale chez tous les enfants. Une étude menée par l’Université de Pennsylvanie, sur 361 bambins de l’âge de 9 mois à l’âge de 7 ans, a montré que parmi eux [3]

  • 65% ont évolué vers le groupe de colère moyenne ou basse,
  • 28% vers un groupe moyen avec augmentation de la colère,
  • 7% vers un groupe de colère haute mais stable. 

L’élément intéressant de cette étude provient du groupe des 7%. Ces derniers, à l’âge de 8 ans, montraient une extériorisation et une intériorisation accrue des problèmes qu’ils pouvaient rencontrer. Ce comportement accroît leur rejet de la part des autres enfants, ainsi que leur victimisation.

C’est donc dans cette situation qu’il faut commencer à s’interroger sur les accès de colère d’un enfant.

Quelle différence entre agression et colère ? 

L’agression et la colère sont 2 comportements qui peuvent sembler liés, mais qui en réalité, ne le sont pas toujours. 

En effet, un enfant peut être agressif de 2 façons [4]

  • Par réaction, 
  • Par proaction.

Lorsqu’il est agressif par réaction, son comportement est généralement dicté par la colère. A l’inverse, l’agressivité par proaction est une stratégie pour parvenir à satisfaire un intérêt.  

Dans le groupe de 7% que nous avons vu précédemment, les scientifiques ont constaté une plus grande agressivité des enfants dans leurs relations sociales.

Quelle est la période sensible de la colère chez l’enfant ? 

Entre 27 mois et 4 ans et demi. C’est la période sensible durant laquelle le sentiment de colère se développe pleinement chez l’enfant, en même temps que le mécanisme de régulation de leurs émotions [5]

Qu’est-ce qu’une période sensible ? [6]

Les chercheurs appellent « période sensible » ce qu’ils appelaient jadis « période critique ». C’est-à-dire un intervalle de temps durant lequel les effets des stimuli environnementaux affectent un individu, ou plus généralement tout organisme vivant. 

L’évolution du terme provient du fait que l’avancée des connaissances a permis de déterminer qu’une « période critique » n’était pas fixe. Leur point de départ, ainsi que leur fin semblent évolutifs.  

Comment gérer les crises de colère d’un enfant ? 

L’association américaine de psychologie (l’APA), rappelle que la colère et l’agressivité sont des réactions normales [7]. Néanmoins, une crise de colère chez un petit enfant est toujours l’occasion de l’aider à mieux exprimer et gérer ses émotions. 

Pour y parvenir vous devez leur apprendre : 

  1. A se calmer, 
  2. Les mots qui vont avec leurs émotions, 
  3. Les conséquences de leur colère. 

1. Comment apprendre à un enfant à se calmer ? 

Expliquez simplement à votre enfant qu’il se sent en colère, et que vous aussi, parce que vous le voyez lancer à travers la pièce tout ce qui lui tombe sous la main. Prenez ensemble le contrôle de votre respiration en prenant des inspirations profondes, et une fois la situation sous contrôle, cherchez à comprendre ce qui se passe. 

Pour que l’enfant apprenne à se contrôler lui-même, il est possible de lui apprendre des phrases, comme un mantra. Par exemple : 

  • « Je peux y arriver. Je peux rester calme. Je suis patient. »

Il est également possible d’encourager l’enfant à sortir de la colère en lui proposant une image positive, comme un livre d’images dans lequel il colorie, ou encore celle d’un thermomètre au travers duquel il doit passer de la couleur rouge à la couleur bleue. 

2. Comment apprendre à son enfant les mots qui accompagnent les émotions ?

Il existe de nombreuses cartes qui présentent le visage d’un enfant émotif et le nom de l’émotion qui l’accompagne. Ces cartes sont parfaites pour apprendre à son enfant à reconnaître les émotions qu’il expérimente. 

Lorsque vous voyez qu’il connaît l’une des émotions présente sur une carte, il est important de la nommer, afin qu’il l’identifie clairement. 

3. Comment apprendre à un enfant les conséquences de ses actes ?

Lorsque votre enfant adopte un comportement qui sort manifestement des règles de bonne conduite, comme lancer ou briser des objets par colère, il doit comprendre que des conséquences vont découler de son comportement. Il peut s’agir : 

  • D’un isolement dans la chambre, durant un temps très court, et sous surveillance constante d’un adulte [8]
  • D’une privation de télévision.

Les châtiments corporels sont bien sûr interdits et inutiles, car contre productifs. 

Références

[1]
R. Williams, 2017 Anger as a Basic Emotion and Its Role in Personality Building and Pathological Growth: The Neuroscientific, Developmental and Clinical Perspectives, Frontiers in Psychology, 7 novembre 2017, doi : 10.3389/fpsyg.2017.01950.

[2]
C. Liu, G.A. Moore, C. Beekman, et autres, 2019, Developmental Patterns of Anger from Infancy to Middle Childhood Predict Problem Behaviors at Age 8, Developmental psychology, 27 septembre 2018, doi : 10.1037/dev0000589.

[3]
C. Liu, G.A. Moore, C. Beekman, et autres, 2019, Ibid.

[4]
C. Liu, G.A. Moore, C. Beekman, et autres, 2019, Ibid.

[5]
C. Liu, G.A. Moore, C. Beekman, et autres, 2019, Ibid.

[6]
D. Bodin, K. O. Yeates, J. Cass, Sensitive Periods, Encyclopedia of Clinical Neuropsychology.

[7]
Z. Abrams, 2023, Here’s advice from psychologists on how to help kids cope with anger and frustration, APA (American Psychological Association), 11 janvier 2023.

[8]
B. Robbes, Pratiques de classes, Quelles sanctions possibles à l’école maternelle et élémentaire ? Académie de Nancy-Metz.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *