Fillette recroquevillée sur un lit avec des douleurs abdominales.

Constipation, infections urinaires, incontinence infantile, votre enfant souffre-t-il de l’une de ces affections ? Votre comportement pourrait bien en être la cause. C’est en tout cas ce que révèlent des études très sérieuses, qui mettent en avant[1]

  • L’entêtement de l’enfant, 
  • L’incapacité des parents à mettre des limites, 
  • La phobie des toilettes de l’école.

Les nombreux cas de harcèlement scolaire qui se déroulent dans les toilettes de nos écoles, démontrent que le problème n’est pas qu’individuel à chaque parent, mais pose la question d’une responsabilité sociale bien plus large.

A lire : Harcèlement scolaire : quelles conséquences ?

Pas le temps de tout lire ? Ce qu’il faut retenir 

  • 30% des enfants scolarisés sont, ou ont été, constipés.
  • 6 critères simples permettent de diagnostiquer la constipation chez l’enfant.
  • 5% de l’activité d’un pédiatre concerne la constipation.
  • 25% à 30% des consultations liées au ventre trouvent leur cause dans la constipation.
  • 30% des enfants constipés connaissent des problèmes de constipation à l’âge adulte.
  • Ne pas utiliser les toilettes de l’école multiplie par deux les risques de constipation.

Un enfant entêté peut être un enfant constipé

C’est l’étonnante découverte qu’ont faite des scientifiques de l’université de Virginie, aux Etats-Unis : l’entêtement des enfants dans leur relation avec le fait d’aller aux toilettes entraîne la constipation[2].

Et ce n’est pas tout. Cet entêtement contrecarre même le succès des traitements proposés par les médecins. La constipation infantile peut donc se manifester, et se maintenir, du fait du caractère entêté de l’enfant dans son rapport avec les toilettes. 

Pourquoi un enfant s’entête-t-il à ne pas aller aux toilettes ? 

La raison est simple : 30% des enfants scolarisés sont, ou ont déjà été constipés[3]. Le problème de la constipation est qu’elle est un cercle vicieux. L’enfant a du mal à aller aux toilettes, et lorsqu’il s’y rend, ses selles sont dures, rendant la défécation douloureuse.

Par conséquent, certains d’entre eux vont s’entêter à ne pas se rendre aux toilettes, faisant d’un problème largement fonctionnel, un problème psychologique rendant les soins contre la constipation très difficiles à mettre en place.

Consultez rapidement votre médecin en cas de constipation de votre enfant 

Plus tôt le problème de la constipation est pris en compte par votre médecin, mieux le traitement va réussir. Pourquoi ? Parce que ce cercle vicieux des douleurs, de la peur des toilettes, et de l’entêtement de votre enfant, ne se sera pas encore mis en place. 

Pour certains parents, accéder à un médecin peut être compliqué, désert médical oblige. Par conséquent, il convient de bien déterminer si votre enfant souffre ou non de constipation, avant même de vous rendre chez le médecin pour qu’il le confirme et mette en place un traitement. 

Quels sont les 6 critères de la constipation chez l’enfant ?

Vous constatez que votre enfant est constipé, voici les 6 critères pour en être sûr[4]:

  1. Il fait moins de 3 selles par semaine dans les toilettes, 
  2. Il connaît au moins 1 incontinence fécale par semaine,
  3. Il a tendance à se retenir de faire caca,
  4. La défécation est difficile ou douloureuse,
  5. Masse fécale importante, détectable par palpation abdominale (par le médecin),
  6. Selles de grandes tailles, capables de boucher les toilettes.

Attention, ces critères officiels, dits critères de Rome 3, présentent deux biais importants : 

  • Ils prennent en compte des enfants déjà propres, 
  • Ils concernent des évacuations d’eau nord-américaines.

En effet, en ce qui concerne les enfants de moins de 4 ans, il faut savoir que ces derniers peuvent souffrir de constipation sans entrer dans ces critères. 

Pour ce qui est de pouvoir boucher les toilettes, ce critère est avant tout nord-américain, car leurs tuyaux d’évacuation d’eau sont de plus faible diamètre qu’en Europe. 

Par conséquent, boucher des toilettes en Europe demande un effort conséquent, qui sera rarement atteint.

Votre enfant n’est pas le seul constipé

La constipation infantile vue par les chiffres, présente une situation dans laquelle vous êtes loin d’être isolé face à ce problème : 

  • La constipation touche 30% des enfants scolarisés, 
  • La constipation concerne 2% des consultations des médecins généralistes, 
  • La constipation prend 5% de son temps au pédiatre,
  • Entre 25% et 30% des consultations en lien avec le ventre concernent la constipation.

Certes, vous n’êtes pas les seuls parents dans ce cas, mais mieux comprendre à quels moments la constipation peut se manifester, peut vous permettre de l’éviter à votre enfant. Présentation des phases à risques.

Quand la constipation infantile peut-elle se présenter ? 

Il existe au moins 4 moments charnières dans lesquels la constipation infantile peut se manifester : 

  1. L’apprentissage de la propreté,
  2. L’entrée à la maternelle,
  3. L’entrée au CP, 
  4. L’entrée au collège.

A ces 4 moments de la vie de l’enfant, s’ajoutent des facteurs favorisant la constipation[5]:

  • Génétiques, 
  • Biologiques, 
  • Neurologiques, 
  • Diététiques.

Le caractère génétique de la constipation a été mis en évidence par le fait que 28% à 50% des enfants constipés grandissent dans une famille ayant un historique de constipation. A cela s’ajoute le fait que les jumeaux monozygotes présentent généralement tous les deux des épisodes de constipation. 

Ce qui pose le plus question ces dernières années, est l’augmentation de la prévalence de la constipation chez les enfants, qui est liée à deux facteurs apparaissant dans les pays industrialisés : 

  • La sédentarité, 
  • Les habitudes alimentaires.

Parmi les 4 moments d’apparition de la constipation dans la vie d’un enfant, ni l’entrée au lycée, ni l’entrée à l’université ne sont concernés ici. Pourquoi ? Parce que les enfants n’y harcèlent plus leurs petits camarades, ou pas pour des raisons tournant autour des toilettes. 

Constipation et harcèlement scolaire

Les médecins, constatant que le problème de la constipation chez leurs petits patients pouvait aussi venir de l’école, ont décidé d’y voir plus clair. En étudiant des enfants d’une école anglaise et d’une école suédoise, ils se sont rendus compte que jusqu’à 62% des garçons et 35% des filles n’utilisaient pas les toilettes de l’école pour aller à la selle, pour deux raisons[6]:

  • La peur du harcèlement, 
  • Le manque de propreté, réel ou imaginé, des toilettes.

En Allemagne, les chiffres ne sont pas différents, puisque les chercheurs ont mis en évidence que seulement 33% des enfants utilisaient les toilettes de l’école pour aller à la selle. Or, 23% d’entre eux étaient constipés, contre 11% des utilisateurs réguliers des toilettes de l’école[7].

A lire : Cyberharcèlement : jusqu’à la mort

Par conséquent, soigner la constipation, ou la prévenir, repose sur l’encouragement des enfants à aller aux toilettes lorsqu’ils ont besoin de s’y rendre, quel que soit l’endroit dans lequel ils se trouvent. 

En combien de temps un enfant constipé peut-il en guérir ? 

En 1 an ou 5 ans. Dans 70% des cas, l’enfant sera guéri de sa constipation dans l’année. Dans 30% des cas, il le sera dans les 5 ans suivant le début du traitement. 

Toutefois, près de 30% d’entre eux connaîtront des problèmes de constipation à l’âge adulte.

[1]
Hosseinzadeh S.T., Poosaadati S., Forootan M. et autre, 2011, Psychological disorders in patients with chronic constipation, Gastroenterology and Hepatology from Bed to Bench, été 2011 4(3), pages 159-163.

[2]
Burket R.C., Cox D.J., Tam A.P., 2006, Does “Stubbornness” Have a Role in Pediatric Constipation? Journal of development and behavioral pediatrics, Mai 2006, 27(2), 106-11 doi : 10.1097/00004703-200604000-00004

[3]
Bonard Condoret E., 2012, Modalités de prise en charge de la constipation fonctionnelle de l’enfant en soins primaires : étude menée auprès de 68 médecins généralistes hauts-normands, Faculté mixte de médecine et de pharmacie de Rouen, page 19.

[4]
Bonard Condoret E., 2012, Modalités de prise en charge de la constipation fonctionnelle de l’enfant en soins primaires : étude menée auprès de 68 médecins généralistes hauts-normands, Faculté mixte de médecine et de pharmacie de Rouen, page 21.

[5]
Joison C., Grzeda M.T., von Gontard A. et autre, 2019, Psychosocial risks for constipation and soiling in primary school children, European Child & Adolescent Psychiatry, 10 mai 2018, doi : 10.1007/s00787-018-1162-8

[6]
Vernon S., Lundblad B., Hellstrom A.L., 2003, Children’s experiences of school toilets present a risk to their physical and psychological health, Child: Care, Health and Development, janvier 2003, 29(1), pages 47-53, doi : 10.1046/j.1365-2214.2003.00310.x.

[7]
De Laffolie J., Ibrahimi G., Zimmer K.P., 2020, Poor Perception of School Toilets and Increase of Functional Constipation, Klinische Pädiatrie, octobre 2020, 233(01), doi : 10.1055/a-1263-0747

Crédit photo : Freepick

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *