Hématies (globules rouges), présents dans un vaisseau sanguin.

Oui, mais c’est compliqué. Et pourtant, c’est un classique des problèmes de couple : l’incompatibilité sanguine au niveau du rhésus. 

Si le père est RH1 (groupe sanguin positif), et que la mère est RH-1 (groupe sanguin négatif), le fœtus sera de rhésus négatif ou positif. S’il est RH1, alors que sa mère est RH-1, elle peut développer des anticorps contre lui. 

Mais, qu’est-ce que ce rhésus qui, comme une mauvaise belle-mère, peut vouloir empêcher le fruit de l’amour de naître ? 

Définition du rhésus 

Le facteur rhésus est une caractéristique du sang humain, qui se traduit par la présence d’un antigène (rhésus positif), ou par son absence (rhésus négatif), sur les globules rouges[1]. Il existe 5 antigènes :

  • [RH1] (anciennement D),
  • [RH2] (anciennement C),
  • [RH3] (Anciennement E), 
  • [RH4] (Anciennement c), 
  • [RH5] (Anciennement e). 

A ce facteur rhésus s’ajoutent quatre types de groupes sanguins différents : 

  • A, 
  • B, 
  • AB, 
  • O.

C’est de ces différences que naissent tous les problèmes de compatibilité entre une mère et son enfant et, avant, entre une femme et son partenaire. En effet, le nombre de groupes sanguins augmente alors considérablement, puisqu’il existe les : 

  • A+, 
  • A-, 
  • B+, 
  • B-, 
  • AB+, 
  • AB-, 
  • O+, 
  • O-.

Quelles sont les incompatibilités du sang entre un homme et une femme ? 

La règle générale est la suivante : 

  • Le type A produit des antigènes contre le type B, 
  • Le type B contre le type A. 
  • Le type AB ne produit aucun antigène, car il possède les deux,
  • Le type O en produit contre A et B. 

Donc, le problème de la compatibilité survient déjà lorsque la mère ne partage pas le même groupe sanguin que son fœtus. 

Par exemple, un fœtus de type B, et une mère de type O[2]. Dans ce genre de cas, les conséquences pour le bébé peuvent être terribles, comme nous allons le voir plus loin.

Mais, nous devons entrer plus dans le détail avec le facteur rhésus. En effet, ce qui s’appelle l’allo-immunisation foeto-maternelle survient le plus fréquemment avec l’antigène D (RH1[3]). Pourquoi ? Parce qu’il est prédominant dans la population :

  • 85% d’antigène D positif chez les caucasiens[4],
  • 89% chez les maghrébins[5],
  • 93% chez les Ouest-africains[6].

Bien que l’antigène-c soit aussi extrêmement immunogène et qu’il puisse causer des incompatibilités foeto-maternelles[7], nous nous focaliserons sur l’antigène D (RH1), pour ne pas compliquer inutilement les choses. 

La règle est la suivante : si le père est RH1 (groupe sanguin positif), et que la mère est RH-1 (groupe sanguin négatif), le fœtus sera de rhésus négatif ou positif. S’il est RH1, alors que sa mère est RH-1, elle peut développer des anticorps contre lui. 

Quelle est la part des RH1 et des RH-1 entre la mère et le fœtus ?

En France, où la population est largement métissée entre caucasiennes, maghrébine[8] (8.7% de la population), Noir-africaine[9] (7.5% de la population),  les données statistiques annuelles sont les suivantes :

  • 160 000 à 180 000 femmes sont rhésus négatifs, 
  • 71 000 mettent au monde un enfant rhésus positif, 
  • 0.9/1000 connaissent une allo-immunisation.

Ce dernier chiffre était compris entre 6 et 10/1000 naissances en 1995, preuve d’une bien meilleure prise en charge. C’est pourquoi la France ne compte en moyenne que 7 décès par an lorsque la grossesse est bien suivie. 

Pourquoi l’allo-immunisation survient-elle ? 

L’allo-immunisation se produit lorsque le sang du fœtus, rhésus D positif (RH1), passe la barrière placentaire et rencontre le sang de la mère, rhésus D négatif (RH-1). Une réaction immunologique se produit alors, le corps de la parturiente considérant le fœtus comme un corps étranger à éliminer. 

Ce passage du sang du fœtus vers la mère a de multiples causes : 

  • Saignements de la mère (métrorragies), 
  • Grossesse extra utérine, 
  • Délivrance, 
  • Erreur de transfusion, 
  • Toxicomanie (injections intraveineuses),
  • Etc. 

Quelles sont les conséquences sur le fœtus ? 

Les globules blancs de la mère s’attaquent au fœtus, qui tente de s’adapter. Les pathologies qui surviennent sont notamment : 

  • Une anémie, 
  • Un Œdème,
  • Un problème de coagulation,
  • La mort du fœtus.

Quelle est la prise en charge ? 

Pour protéger le fœtus, le sang de la mère est filtré pour en sortir les anticorps, puis réinjecté à la mère. 

Des transfusions sanguines effectuées directement au fœtus peuvent le sauver d’un décès par anémie. 

En dernier lieu, le fœtus est sorti du ventre de la mère par césarienne, ou par déclenchement si son développement le permet. 

Un bébé sorti vivant du ventre de sa mère survit-il ? 

Pas tout le temps. Le bébé connaît une période incertaine de 3 mois. En effet, les anticorps de la mère, qui se retrouvent dans son sang, survivent durant 3 mois à l’intérieur du corps du bébé.

De plus, la destruction des globules rouges par les anticorps de la mère, entraîne chez le bébé la production d’un déchet appelé bilirubine. Le problème est qu’il doit l’éliminer avec un système immunitaire qui n’est pas encore mature. 

Il peut donc arriver que la bilirubine s’attaque à son cerveau et lui cause des lésions cérébrales (encéphalopathie). 

Références

[1]
Rhésus (facteur), Dictionnaire de l’académie de médecine, site consulté en décembre 2022.

[2]
Martin S., Jerome R.N., Epelbaum M.I., et autres, 2008, Addressing Hemolysis in an Infant Due to Mother–Infant ABO Blood Incompatibility, Journal of the Medical Library Association, juillet 2008, 96(3):183-188, doi : 10.3163/1536-5050.96.3.002.

[3]
Zineb B., Boutaina L., Ikram L., et autres, 2015, Alloimmunisation fœto-maternelle Rhésus grave à propos d’un cas et revue de la littérature, The Pan African Medical Journal, octobre 2015, 22: 137, doi : 10.11604/pamj.2015.22.137.3508.

[4]
Klein G., 1986, Connaissances et information reçue par les femmes rhésus négatif concernant l’allo-immunisation rhésus et sa prévention, Université de Lorraine, 04 octobre 2018.

[5]
El Ghali B., 2019 Les fréquences phénotypiques et génotypiques des systèmes ABO et Rh dans la population marocaine : expérience du Service de Transfusion de l’Hôpital Militaire Avicenne, Marrakech, Pan African Medicine Journal, 09 avril 2020, Volume 2, article 140, doi : 10.11604/pamj-cm.2020.2.140.20679

[6]
Koulidiati J., Minoungou M., Sawadogo S., 2020, Prévalence des groupes sanguins érythrocytaires des systèmes ABO et Rhésus D au laboratoire du Centre Médical du Camp Général Aboubacar Sangoulé Lamizana de Ouagadougou (Burkina Faso), Médecine d’Afrique Noire, 6704, avril 2020, pages 175-182.

[7]
2021, Groupes sanguins : le système Rhésus, Fédération française pour le don de sang bénévole (FFDSB), 20 novembre 2021.

[8]
Diaspora maghrébine, Widipédia, site consulté en décembre 2022.

[9]
Noirs de France, Wikipédia, site consulté en décembre 2022.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *