Petit garçon en situation de harcèlement scolaire, en pleurs, montré du doigt par des camarades.

Le harcèlement scolaire se caractérise par des actions négatives répétées sur le long terme, par un ou plusieurs élèves, à l’encontre d’un autre, avec ou sans parole et avec ou sans contact physique[1].

A lire : Cyberharcèlement : jusqu’à la mort

Cette violence répétée n’est pas nécessairement quotidienne, mais toujours effectuée par son, ou ses auteurs, avec l’intention de nuire à la victime. Au point qu’elle peut mener à de graves conséquences.

Effets du harcèlement scolaire sur la santé

Sur le long terme, le harcèlement scolaire peut provoquer[2] :

  • Des maux de tête,
  • Un trouble psychologique engendrant des symptômes physiques (somatisation),
  • Des troubles du sommeil,
  • Une augmentation de l’indice de masse corporelle quelques années plus tard.

Conséquences du harcèlement sur les résultats scolaires

Près de 80% des étudiants harcelés déclarent que cette situation a des conséquences négatives sur leurs résultats scolaires[3]. Cela ne doit rien au hasard, puisque le, ou les auteurs du harcèlement sont très souvent dans la même classe.

Cette perception est confirmée par les études menées par les chercheurs. Non seulement les résultats académiques chutent, mais ils chutent autant à court qu’à long terme.

Ce ne sont pas seulement les notes baissent, car une fois adulte, le harcèlement continue d’avoir des conséquences sur le salaire, plus bas, ainsi que sur les conditions de vie[4].

Effets psychologiques du harcèlement scolaire

Il existe de nombreuses conséquences psychologiques au harcèlement scolaire[5] :

  • Dépression,
  • Anxiété,
  • Baisse de la confiance en soi,
  • Auto-mutilation,
  • Agressivité,
  • Dépendance aux drogues et à l’alcool,
  • Participation à des violences ou à des crimes.

Le harcèlement scolaire engendre une augmentation du taux de cortisol (l’hormone du stress) qui, à long terme, devient hypofonctionnelle, c’est-à-dire qu’elle finit par s’émousser.

A lire : Constipation des enfants, la responsabilité des parents ?

Le cortisol n’est pas la seule hormone à réagir. Les victimes de harcèlement accusent une plus grande réactivité de leur système nerveux sympathique dans le cadre de tâches stressantes. C’est-à-dire qu’elles adoptent un comportement de combat ou de fuite (Fight or flight, dans la littérature anglo-saxonne) face à la tâche[6].

Le harcèlement scolaire n’est pas binaire

Il n’y a pas toujours d’un côté la victime de harcèlement scolaire et de l’autre l’auteur du harcèlement. Parfois, l’auteur est également victime. C’est lui qui supportera les conséquences psychologiques les plus lourdes[7] :

  • Perception négative de lui-même,
  • Perception négative des autres,
  • Inaptitudes sociales,
  • Problèmes de comportement,
  • Isolement.

Références

[1]
A. Bouchet, A. Garnier, O. Vors, 2018, Harcèlement scolaire et/ou bouc émissaire ? Une étude de cas en cours d’éducation physique et sportive, Revue Déviance et Société, numéro 2018/2, volume 42, pages 351 à 388.

[2]
F. Rivara, S. Le Menestrel, 2016, Preventing Bullying Through Science, Policy, and Practice, Committee on the Biological and Psychosocial Effects of Peer Victimization, National Academies of Sciences, Engineering and Medicine.

[3]
R. Mbah Mbah, 2020, The perception of students about school bullying and how it affects academic performance in Cameroon, Memorial University of Newfoundland, page 41.

[4]
C. van der Werf, 2014, The Effects of Bullying on Academic Achievement, Universidad de los Andes, Bogota, Colombie.

[5]
2018, Consequences of Bullying, StopBullying.gov, 30 juillet 2018, site consulté en avril 2023.

[6]
F. Rivara, S. Le Menestrel, 2016, Ibid.

[7]
2018, Consequences of Bullying, Ibid.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *