Câlin d'un couple

Vous êtes-vous déjà demandé quel rôle joue le câlin dans notre vie ? En tant qu’espèce grégaire, il joue un rôle majeur dans notre bien-être. C’est en tout cas ce qu’ont découvert plusieurs équipes de chercheurs. 

Qu’est-ce que le câlin ? 

Bien que le câlin soit défini par Le Robert comme un « échange de caresses, de baisers »[1], il est bien plus que cela pour notre cerveau. Cette caresse est la marque d’un soutien social qui nous protège contre le stress[2].

Cette réduction du stress par les câlins nous permet de mieux faire face aux maladies infectieuses[3]. Au point qu’ils permettent de faire baisser chacun des symptômes d’une affection.

Une étude menée sur 406 individus a même permis de calculer l’effet bénéfique du câlin. Celui-ci serait de 32%.

A lire : Pédophilie féminine : le dernier tabou ?

Quel est son effet sur la santé ?

Il est extrêmement important, puisqu’il : 

  • Augmente la réponse immunitaire, 
  • Atténue la mauvaise humeur[4].

Se tenir la main est un câlin 

Par câlin, il n’est pas du tout question ici de relations sexuelles ? Tenir la main d’une personne qui nous connaît suffit à réduire la douleur qu’il ressent[5].

C’est un peu là qu’est le problème. Pourquoi ? Parce que si se tenir la main est une forme de câlin, et que cela suffit à influer sur la douleur, qu’en est-il de l’inverse ? C’est-à-dire la situation conflictuelle.

En effet, si cette forme de caresse est une arme contre le stress, le conflit, quant à lui, nous coûte cher. Il diminue notre réponse immunitaire[6], et donc notre aptitude à faire face à la maladie.

Comment doit-il être pour être efficace ? 

Les scientifiques ont recherché les caractéristiques d’un câlin réussi. Ils en ont trouvé 2. Le câlin doit être : 

  • Suffisamment long mais pas trop,
  • Entrecroisé pour être plus égalitaire.

A ce propos, sa durée moyenne est de 3 secondes, mais le plaisir induit par celui-ci n’augmente qu’au bout de 5 secondes. 

Références

[1]
Câlin, Dictionnaire Le Robert.

[2]
S. Cohen, D. Janicki-Deverts, D.B. Turner, 2014, Does Hugging provide stress-buffering social support? A study of susceptibility to upper respiratory infection and illness, Psychological Science, 19 décembre 2014.

[3]
S. Cohen, D. Janicki-Deverts, D.B. Turner, 2014, Ibid.

[4]
M. L. M. Murphy, D. Janicki-Deverts, S. Cohen, 2018Receiving a hug is associated with the attenuation of negative mood that occurs on days with interpersonal conflict, Plos One, 3 octobre 2018, doi: 10.1371/journal.pone.0203522.

[5]
Master SL, Eisenberger NI, Taylor SE, Naliboff BD, Shirinyan D, Lieberman MD. A picture’s worth: Partner photographs reduce experimentally induced pain, Psychological Science, 2009;20:1316-1318.

[6]
Kiecolt-Glaser JK, Newton TL. Marriage and health: His and hers, Psychological Bulletin, 2001;127:472-503.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *