Seringue de vaccination.

Izumo, c’est le nom d’un sanctuaire japonais dédié au mariage. Un temple de la fertilité qui est aujourd’hui le nom d’une protéine essentielle pour la fusion entre le spermatozoïde et l’œuf : IZUMO1[1].

Son mode de fonctionnement ? Trouver le récepteur IZUMO1R/JUNO présent sur l’œuf, et y adhérer. C’est justement ici que les scientifiques entrent en scène, pour gripper cette mécanique bien rodée.

Comment ? Avec un vaccin ! Cela peut paraître bizarre de parler de vaccin concernant un mode de contraception, et pourtant, c’est bien de cela qu’il s’agit. 

Qu’est-ce que le vaccin contraceptif masculin ? 

Le vaccin contraceptif repose sur le ciblage de deux protéines[2] :

  • IZUMO, 
  • YLP. 

Nous avons présenté IZUMO, mais qui est YLP ? Il s’agit d’une séquence peptidique dodécamère, c’est-à-dire une succession d’acides aminés qui vont former un peptide[3].

C’est ensuite la succession de plusieurs peptides qui permet la formation d’une protéine[4]. Justement, ce que les scientifiques tentent de faire, c’est de cibler les protéines liées au sperme[5].

Le but est simple : faire reconnaître au système immunitaire les protéines du sperme comme des pathogènes, et les détruire. Les anticorps vont ainsi rendre le sperme impuissant à la fécondation de l’œuf.

Le plus original dans cette technique, est qu’elle existe déjà à l’état naturel. En effet, ces mêmes équipes de chercheurs qui enquêtent sur IZUMO se sont rendus compte que des femmes stériles avaient développé des anticorps contre cette protéine.

Mais, si IZUMO et IZUMO1R/JUNO permettent au sperme de s’attacher à l’œuf, à quoi sert YLP ?

Quel est le rôle de la protéine YLP ?

YLP permet au sperme de reconnaître la zone pellucide, et de s’y attacher. La zone pellucide est une substance qui entoure l’ovocyte. Son rôle est multiple[6] :

  • Sélectionner les spermatozoïdes, 
  • prévenir toute fécondation inter-espèces, 
  • Faciliter la migration de l’ovocyte pour éviter les grossesses extra-utérines.

A lire sur les grossesses extra-utérines : Quelles sont les conséquences du tabac sur le fœtus ? 

Tout comme avec IZUMO, la présence d’anticorps contre YLP chez certains hommes, et chez certaines femmes, est responsable de leur stérilité[7].

Le vaccin contraceptif fonctionne-t-il ?

Oui, sur les souris. A notre connaissance, aucun test n’a encore été mené sur des humains. Mais, si dans un avenir pas si lointain, se faire injecter un vaccin contraceptif était une solution pour choisir librement d’avoir ou non un enfant, quelle serait sa durée ?

Manifestement, l’injection de ce type de vaccin chez les souris a démontré une efficacité de 9 à 10 mois. Une fois ce délai passé, les anticorps disparaissent, et la fertilité revient d’elle-même[8].

Toutefois, 9 à 10 mois, cela fait au moins une injection par an. Dès lors, est-ce que se faire injecter autant de vaccins ne peut pas mener vers une immunisation de plus longue durée ? Nous n’avons pas trouvé la réponse à cette question.

Néanmoins, il est possible de faire cesser les effets de la vaccination par l’administration volontaire du peptide par voie vaginale[9]. Le potentiel de cette forme de contraception est donc important. Mais existe-t-il des effets indésirables ?

Quels sont ses effets indésirables ?

Il n’y en aurait aucun, sauf peut-être celui de ne pas fonctionner à 100%. Mais ça, c’est l’avenir qui le dira.

Pourquoi vouloir développer un vaccin contraceptif ?

Parce que les contraceptifs hormonaux que sont les pilules ont de très nombreux effets indésirables. La recherche veut donc développer de nouvelles formes de contraception.

Les nouvelles formes de contraceptifs, comme celui proposé par la fondation Bill et Mélinda Gates n’est pas forcément celui que l’on souhaite voir étendu.

A lire : 68.1 Des femmes pucées comme des chiennes : la contraception du futur ?

Références

[1]
IZUMO1, izumo sperm-oocyte fusion 1, [Homo sapiens (human), National Library of Medicine, 22 septembre 2022.

[2]
Naz R.K., 2014,Vaccine for human contraception targeting sperm Izumo protein and YLP12 dodecamer peptide, Journal of Family & Community Medicine, 09 avril 2014, doi: 10.1002/pro.2476.

[3]
Séquence peptidique, Le site de vulgarisation scientifique de l’Université de Liège de 2007 à 2017, site consulté en déccembre 2022.

[4]
Protéine, Le site de vulgarisation scientifique de l’Université de Liège de 2007 à 2017, site consulté en déccembre 2022.

[5]
Naz R.K., 2014, Vaccine for human contraception targeting sperm Izumo protein and YLP12 dodecamer peptide, Protein Science, 9 avril 2014, doi: 10.1002/pro.2476.

[6]
Zone pellucide, Wikipedia, site consulté en décembre 2022.

[7]
Naz R.K., 2014, Vaccine for human contraception targeting sperm Izumo protein and YLP12 dodecamer peptide, Ibid.

[8]
Naz R.K., 2014, Vaccine for human contraception targeting sperm Izumo protein and YLP12 dodecamer peptide, Ibid.

[9]
Kaz R.K., Chauhan S.C., 2002, Human sperm-specific peptide vaccine that causes long-term reversible contraception, Biology of Reproduction, août 2002, 67(2):674-80, doi: 10.1095/biolreprod67.2.674.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *