Accouchement d'une femme sur le parking d'une maternité. Importance du score de Malinas et du SPIA

Le score de Malinas fait suite à une évaluation permettant de déterminer si une femme est sur le point d’accoucher ou si elle peut encore être transportée à l’hôpital.

Bien qu’important pour apprécier l’urgence d’une situation liée à un éventuel accouchement imminent, le score de Malinas possède également ses limites.

Pas le temps de tout lire ?

  • 0.5% des femmes accouchent en milieu extra-hospitalier, soit environ 2 femmes par mois,
  • Il existe deux scores de Malinas,
  • Le score de Malinas est peu précis,
  • Le SPIA repose sur une étude scientifique,
  • Le SPIA est complexe, mais un site internet existe pour le calculer.

Qui est Yves Malinas ?

Yves Malinas est un médecin, qui enseigna la gynécologie et l’obstétrique à la faculté de médecine de Grenoble. C’est en 1982 qu’il créa son score Il est également auteur et co-auteur de plusieurs articles autour de la naissance, rédigés au profit de l’encyclopédie Universalis[1].

Le calcul du score est simple : lorsque le total est inférieur à 5 sur 10, la parturiente peut être conduite à l’hôpital par les services d’urgence.

Il est également l’auteur de nombreux ouvrages reposant sur les thèmes de la grossesse, de la sexualité, ou encore des maladies touchant les femmes. Ses ouvrages sont édités par la librairie Les saisons[2].

Comment est calculé le score de Malinas ?

Avant de nous intéresser au score de Malinas, il convient de souligner qu’il en existe deux :

  • Le score de Malinas A,
  • Le score de Malinas B.

Le score de Malinas A s’adresse aux non-médecins, tandis que le score de Malinas B s’adresse au contraire aux médecins.

Quels sont les critères du score de Malinas A?

Le score de Malinas se base sur les critères suivants, notés de 0 à 2 :

Tableau du score de Malinas avec Paritée, durée de travail, durée des contractions, intervalle entre les contractions et perte des eaux.

Le calcul du score est simple : lorsque le total est inférieur à 5 sur 10, la parturiente peut être conduite à l’hôpital par les services d’urgence. Lorsque le score est égal ou supérieur à 5, il indique que l’accouchement est sur le point d’advenir. Le risque d’un accouchement sur les lieux de sa prise en charge ou durant son transport devient de plus en plus probable.

Quels sont les critères du score de Malinas B ?

Moins connu que le score de Malinas A, le score de Malinas B est très peu utilisé puisqu’il impose un examen clinique[3]. En effet, ce qui est apprécié ici est non seulement la parité (c’est-à-dire le nombre d’accouchements que la patiente a déjà connus), mais également l’observation de la dilatation du col utérin.

Autrement dit, réaliser un score de Malinas B au téléphone, est tout simplement impossible. De la même façon, une équipe d’ambulanciers ou de pompiers dépêchée auprès de la parturiente, ne sera sûrement pas composée d’un médecin, ou d’une sage-femme.

Quel est l’intérêt du score de Malinas ?

Le score de Malinas A présente un intérêt important pour les services d’urgence tels que le SAMU. Il leur permet en effet de déterminer si l’envoi d’une ambulance privée non médicalisée est possible pour transporter une femme qui annonce être sur le point d’accoucher.

Lorsque le score dépasse les 7, le déplacement d’un équipage médicalisé du SAMU devient nécessaire[4]. Ce score est d’autant plus indispensable que les accouchements inopinés ne sont pas si rares qu’on pourrait le penser.

Ils sont même stables, puisque les chiffres de 2013[5] indiquent une incidence de 0.5%, tout comme les chiffres de l’année 1999[6]. Il semblerait donc que les plans de périnatalités mis en place en France, entre 1996 et 2010, et qui ont mené à la fermeture d’environ 300 maternités sur le territoire, n’aient pas impacté le nombre d’accouchements extrahospitaliers.

Toutefois, ce pourcentage reste important, puisqu’il donne lieu à environ deux interventions par mois pour les équipes du SMUR.

Les limites du score de Malinas

Ce qui compte en médecine, c’est le caractère scientifique des outils mis en place pour établir des diagnostiques. Justement, c’est ici que pêche le score de Malinas A. Son caractère scientifique n’a jamais été démontré par la validation de sa méthodologie.

C’est notamment la raison pour laquelle son utilisation est particulièrement variable puisque les opérateurs des centres 15 n’y font appel que dans de 5% à 66% des cas[7]. Très souvent l’ensemble des critères n’est pas même pris en compte par les services de secours.

Par conséquent, d’autres outils d’évaluation ont été développés, notamment le SPIA, pour Score Prédictif de l’Imminence de l’Accouchement.

Le SPIA, un score complexe à mettre en œuvre

Le SPIA est un score qui a été développé à la suite d’une étude réalisée dans 38 SAMU en même temps ayant permis l’analyse de 3 499 cas[8]. C’est ce que l’on appelle une étude multicentrique prospective.

Elle a permis de déterminer des critères relativement simples, reposant notamment sur le score de Malinas A, mais dont la pondération des points est complexe. Elle nécessite donc l’utilisation d’un outil informatique. C’est pourquoi il est possible, pour les équipes de secours, de calculer le SPIA directement sur internet[9].

En vous rendant sur le site, vous constaterez qu’il existe deux types de tests :

  • Le SPIA pour une durée de gestation supérieure ou égale à 33 semaines,
  • Le Prémat-SPIA, pour une durée de gestation inférieure ou égale à 32 semaines.

Les critères des tests SPIA et Prémat-SPIA sont les suivants :

  • Analyse de l’imminence et de la panique lors de l’appel,
  • Prise de contact avec la parturiente possible ou impossible,
  • Depuis combien de temps apparaît l’envie de pousser ?
  • Quel est le rythme des contractions ?
  • Existe-t-il des facteurs aggravants ?

Ces critères ne disposent pas tous de la même échelle de calcul et le résultat est pondéré en fonction du nombre d’accouchements réalisés par la patiente et de l’existence ou non d’un traitement tocolytique (traitement pour prévenir les accouchements prématurés).

Le tableau du calcul du SPIA se présente comme suit :

Tableau de la régulation médicale d'un appel pour accouchement au SAMU.

Lien : Régulation médicale d’un appel pour accouchement, Gilles Bagou, 23ème Congrès Aquitain de Médecine d’Urgence.

Une fois le score déterminé, il convient de se référer à un autre tableau[10], permettant celui-ci d’interpréter le score et l’imminence de l’accouchement :

Tableau SPIA détermination de l'imminence de l'accouchement

Il est intéressant de constater que l’analyse du SPIA prend en compte le délai de transport de la patiente prête à accoucher. Délai dont la prise en compte est devenue particulièrement importante depuis que les réformes de la périnatalité ont entraîné la fermeture d’un tiers des maternités du territoire.

Conclusions

Le score de Malinas A permet d’apprécier avec plus ou moins de précision l’urgence d’une intervention du SAMU au domicile d’une parturiente, cela par téléphone. Il est donc plus utilisé que le score de Malinas B, qui demande un examen clinique obligatoire.

Néanmoins, son manque de précision et de rigueur scientifique amène les professionnels de santé à lui préférer un score qui en découle mais le complète : le SPIA. Plus complexe du fait d’une pondération des valeurs obtenues, son utilisation est simplifiée par un accès en ligne et un calcul effectué via un algorithme.

Le conseil que nous pouvons vous donner, si votre femme est sur le point d’accoucher ou pense l’être, est de prendre immédiatement contact avec le SAMU en composant le « 15 ». Une équipe médicale pourra vous être dépêchée sur place, afin que l’accouchement se déroule dans les meilleures conditions possibles eu égard à la situation. 

Références

[1]
Yves Malinas, Universalis, site consulté en décembre 2022.

Malinas Y., [2]
2022, Contributions de Yves Malinas, Les saisons Librairie, La Rochelle, site consulté en décembre 2022.

[3]
Goddet N.S., Pes P., Bagou G., Templier F., Hamel V., Chapitre 2 : Régulation de la femme enceinte : pour un accouchement inopiné, Urgences 2015.

[4]
Mauget J., 2013,La régulation médicale au SAMU de Bordeaux : Place du score prédictif de l’imminence de l’accouchement, Université de Bordeaux.

[5]
Goddet N.S., Pes P., Bagou G., Templier F., Hamel V., Chapitre 2 : Régulation de la femme enceinte : pour un accouchement inopiné, Ibid.

[6]
Mauget J., 2013, La régulation médicale au SAMU de Bordeaux : Place du score prédictif de l’imminence de l’accouchement, Ibid.

[7]
Mauget J., 2013, La régulation médicale au SAMU de Bordeaux : Place du score prédictif de l’imminence de l’accouchement, Ibid.

[8]
Bagou G., 2015, Régulation médicale d’un appel pour accouchement, 23ème Congrès Aquitain de Médecine d’Urgence (Camu), 4 & 6 février 2015.

[9]
Berthier F., Rat J.-P., 2008, Groupe d’étude multicentrique SPIA-CEPIM, “Predire l’imminence de l’accouchement, CHU Nantes, juin 2008.

[10]
Mauget J., 2013, La régulation médicale au SAMU de Bordeaux : Place du score prédictif de l’imminence de l’accouchement, Ibid.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *